A quelques mois de la retraite, l’ancien propriétaire mais toujours patron de la plateforme Crea passe les rênes du réseau Sirius à Philippe Perilhon, dirigeant de FED-Alaurex.

Depuis le 12 juin 2018, Régis Fillols n’est plus le président de Sirius. Un petit évènement dans la mesure où le patron de Crea (Rennes) était aux commandes du premier réseau de plateformes indépendantes depuis 2009. Après la vente de sa plateforme à l’Agra lors de l’été 2017 et en attendant de partir à la retraite dans quelques semaines, ce départ était inéluctable. « Rester président de Sirius sans en être un membre actif n’aurait pas eu de sens, note l’intéressé. Quand on fait ce métier, quand on veut être efficace, il faut toujours être en éveille, à l’écoute du marché, des clients ».

C’est à un autre « piéçard » d’expérience que revient le soin de lui succéder. Patron de FED-Alaurex (Nancy), Philippe Perilhon prend la relève de son ami avec qui il formait un véritable binôme. Depuis neuf ans, c’est en grande partie grâce à eux que Sirius a réussi à pérenniser son modèle (sociétés indépendantes et locales) et à soutenir le développement de ses membres. Tandis que Régis Fillols s’attelait au rayonnement commercial de Sirius, son homologue lorrain veillait au grain en s’occupant des finances.

Une stratégie déjà bien établie

« Ça m’aurait fait plaisir que Régis continue encore un peu, une petite année peut-être, mais je respecte sa décision et je la comprends. Vous savez, ça fait presque dix ans qu’on s’appelle quasiment tous les jours donc forcément que son départ n’est pas anodin », note le nouveau président. Avec lui, aucun bouleversement n’est à prévoir. La feuille de route est assez simple. Si l’adoption d’un nouvel ERP fait figure de dossier majeur à moyen terme, le reste portera essentiellement sur un renforcement de la stratégie actuelle.

Les cartes fournisseurs, grilles tarifaires et outils informatiques ont été harmonisés depuis longtemps, offrant au réseau une homogénéité rare. Sur le plan du maillage, celui-ci est implanté à Rennes et Nancy, grâce à Crea et FED-Alaurex donc, mais aussi à Bordeaux (SBD), Marseille (Marseille Dépôt) et Toulouse (Dapam). Depuis 2013, son alliance avec l’Agra lui assure en outre des points de chute à Lyon (siège de la société), à Gennevilliers (Drop Pièces Auto) et bientôt à Lille avec l’ouverture d’une nouvelle plateforme. Cette organisation faisant, aucune révolution n’est à prévoir chez Sirius.

Plus de détails sur cette actualité dans le Journal de la Rechange et de la Réparation (J2R) n° 88 de novembre.

Romain Baly – J2R Auto
Lien de l’article